Vers une vie plus minimaliste ?

Minimalisme

Le livre qui a changé ma manière de consommer et d’organiser mon chez moi ces dernières années c’est « la magie du rangement » de Marie Kondo. Celle qu’on surnomme la papesse du rangement a aussi une série sur Netflix dans laquelle elle se déplace de maison en maison pour aider les gens à trier et ranger leur intérieur.

Le fait de posséder moins apporte beaucoup ! Moins de temps pour ranger, moins de temps pour nettoyer, moins d’argent gaspillé, moins de choses à stocker, moins de désordre et plus d’espace.

1> Les surfaces, les sols, les meubles, sont épurés. C’est beaucoup plus facile de les nettoyer. On perd moins de temps à déplacer les objets pour faire le ménage.

2> Après avoir passé énormément de temps à trier… après avoir réfléchi aux achats que l’on a fait précédemment, ceux qui ont été utiles, et ceux qui ont été futiles, on réfléchit davantage aux achats que l’on fait ensuite. On se rend compte que beaucoup de choses ne nous servent pas, ou très peu. On essaie de trouver d’autres moyens de se procurer ce que l’on veut aussi. Emprunter, acheter d’occasion. Les achats que l’on fait correspond à de vrais besoins et non à des désirs.

3> C’est de l’argent d’économisé. Pour moi il s’agit de consommer mieux, de manière réfléchie. Consciemment ou non, c’est aussi consommer de manière plus écologique. Un mode vie plus minimaliste est bénéfique pour la planète.

4> On gagne de la place aussi. Et on n’a plus envie de combler les vides. L’espace fait énormément de bien visuellement et dans la tête aussi. On se sent mieux.

Si je devais partager ici quelques conseils piochés par ci par là à propos de tri et de minimalisme, je dirai d’abord qu’il faut se poser les bonnes questions avant de commencer. Pourquoi je fais ça ? Qu’est ce que j’en attends ? Est ce que mon but est de faire des économies ? Gagner du temps dans le ménage et le rangement ? Avoir plus d’espace ? Si je ne me pose les bonnes questions, je risque de me perdre, d’abandonner et de revenir au mode de vie que j’avais avant.

Pour le tri, la méthode de Marie Kondo est super efficace. Trier par catégorie d’objets et non par pièce, pour se rendre compte de la quantité de choses que l’on a. Si l’on trie par exemple les vêtements, le mieux est de rassembler TOUS ses vêtements (ceux du dressing, ceux qui traînent à droite à gauche) au milieu du salon par exemple, et de les trier un par un en se demandant s’ils nous apportent de la joie ou non.

Pour le rangement, le mieux est d’utiliser des boites, pour compartimenter les espaces de stockage, par exemple dans les tiroirs. Ça fait moins fouillis quand on sait que tel type d’objet se trouve dans cette boite et cela incite à ranger chaque chose à sa place.

Je vous assure que depuis que je fais tout ça, je passe moins de temps à ranger et je me sens mieux lorsque j’entre dans une pièce. Je suis beaucoup plus reconnaissante de ce que j’ai, car je sais que ce sont des objets dont j’ai réellement besoin, et que j’aime réellement.  J’en prends plus soin aussi. Et cela me permet de me concentrer sur  des choses essentielles, car mon esprit est libéré.

DIY – Réaliser une arche d’éveil pour bébé

arche bébé

Je me suis appuyée sur le tuto de Castorama (trouvé sur youtube), en changeant certaines dimensions. Si vous préférez, je vous invite à aller voir directement le tuto de Castorama, en vidéo. Sinon, je vous explique comment j’ai fait ici, avec mes mots lol.

Matériel nécessaire :

matériel

  • 4 tasseaux de bois de 60 cm coupé à un angle de 22,5°
  • Un tourillon en bois de 90 cm et de 18mm de diamètre
  • Du papier ponce
  • Un chiffon
  • Une perceuse
  • Une mèche à bois de 4mm
  • Une mèche plate à bois de 18mm
  • Une scie à bois
  • Une boite à onglets (support pour scier)
  • De la colle à bois
  • De la ficelle de 2,5mm de diamètre
  • Un mètre, une équerre, une règle
  • Un crayon, une gomme

Les étapes que j’ai suivies :

Dans un tasseau de 2,40 m, scier 4 morceaux de 60 cm chacun avec un angle de 22,5°. Pour se faire, utiliser la boite à onglet (ici en bleu). Celle ci permet de couper vos tasseaux avec l’angle que vous souhaitez. Poncer les tasseaux.

Couper le tourillon de la longueur de votre choix, ici 90 cm. Poncer puis dépoussiérer.

tasseaux

Sur chaque tasseau, faire deux marques au crayon : une à 10 cm du bord gauche et une à 35 cm du bord gauche comme sur l’image

trous

Percer le premier trou de chaque tasseau à l’aide de la mèche de 18mm et le deuxième trou avec la mèche de 4mm. Poncer et dépoussiérer.

Si vous souhaitez peindre votre arche (tourillon et/ou tasseaux), c’est le moment… Moi j’ai choisi de le laisser comme ça.

P1030557

Insérer le tourillon dans les tasseaux. Régler la position des tasseaux afin qu’ils soient  bien stables sur le sol. Insérer les ficelles dans les petits trous et nouer les.

structure

La structure est terminée. Il n’y a plus qu’à coller le haut des tasseaux entre eux pour être sûre que cela tienne bien.

J’ai choisi de faire une arche d’inspiration Montessori (avec des suspensions aux couleurs contrastées, noir et blanc) et d’ajouter une suspension de perles en bois et une suspension d’anneaux en bois mais tout est possible… L’arche peut évoluer avec bébé, on peut changer les suspensions quand on veut…

suspensions

Voilà, je ne suis pas bricoleuse de base donc je me suis faite aider. Mais c’est pas très compliqué à réaliser avec un petit coup de main :-).

Redonner un coup de jeune à un vieux meuble

C’est hyper simple à faire.

Matériel : 

  • 1 apprêt tout support type Gesso
  • De la peinture acrylique de votre choix (ici du noir et du blanc)
  • 1 pinceau pour les angles
  • 1 rouleau
  • 1 chiffon pour nettoyer le meuble
  • Du papier ponce
  • 1 bâche et 1 chiffon pour les éventuelles gouttes

Temps de réalisation : 

1 petite matinée en comptant les temps de séchages

Les étapes : 

Etape 1 : j’ai simplement nettoyé le meuble avec un chiffon et de l’eau après avoir bâché mon sol

Etape 2 : je l’ai poncé et dépoussiéré. J’ai retiré le tiroir que je voulais garder tel quel.

Etape 3 : j’ai appliqué un apprêt sur tout le meuble pour le préparer avant de le peindre.

Etape 4 : j’ai appliqué une première couche de peinture blanche sur le meuble (sauf sur la tablette), en commençant par les angles et les intérieurs. J’ai laissé séché 30 minutes puis j’ai appliqué une deuxième couche. J’ai terminé en peignant la tablette en noir. J’ai là aussi mis deux couches.

On peut aussi appliquer une couche de vernis pour le protéger et le faire briller.

Et voilà, un meuble retapé à neuf, avec peu de matériel ! Je n’ai rien déboursé car j’avais tout à la maison.

 

Mon bullet journal

mon bullet journal

Le bullet journal, c’est quoi ?

Le bullet journal ça se présente sous la forme d’un joli cahier, généralement vierge à l’intérieur (sauf si on a choisi un bullet journal déjà tout prêt), qui sert d’outil d’organisation et qui est totalement personnalisable. C’est un mix entre un carnet de notes et un agenda.

Pourquoi j’ai commencé un bullet journal ?

J’ai mis du temps avant de commencer le mien parce que je me suis dit que ça n’allait être qu’un effet de mode et que la mode, ça ne dure pas. Je me suis aussi dit : « ça va me prendre du temps rien que pour structurer mes pages, et faire des beaux dessins. Et au final je ne vais m’en servir qu’une seule année.  »

Malgré ça j’ai quand même eu envie d’essayer. C’est le coté personnalisable qui m’a attiré.  Et effectivement en commençant à l’utiliser, j’ai réalisé que c’était un outil génial puisque personnalisable à souhait. Autrement dit, chaque bullet journal est unique, chacun peut utiliser son bullet journal à sa manière vu que les pages sont vierges.

Comment j’ai commencé ?

Pas la peine d’être un artiste pour créer le sien ou d’avoir une imagination débordante. D’abord on a le droit d’avoir un bullet journal simple et minimaliste, c’est joli aussi et on a aussi le droit d’aller piocher (pour ne pas dire copier lol) des idées sur internet.

Moi j’ai voulu un bullet journal plutôt minimaliste, avec quand même quelques jolis dessins mais pas trop qui me serve au delà d’une année. Une sorte de compagnon de route sur la durée qui me servirait à garder avec moi des informations importantes de mon quotidien.

Je me suis procuré le « guide du parfait daily bullet » (trouvé à Cultura) avec un guide pour démarrer, un carnet et des stickers sympas. J’ai acheté des feutres. Pour trouver des idées, j’ai aussi été voir sur Pinterest. Puis j’ai fait une liste de tout ce que j’aimerai réunir dans mon carnet et je me suis lancée, petit à petit.

dav

Ce que j’ai mis dans mon bullet journal 

Voilà la liste des infos qui se trouvent dans mon bullet journal pour l’instant. Ça tient sur 48 pages en tout, sachant que le carnet en contient 224 (j’ai de la marge) :

  • la gestion de mes finances
  • ma liste de ce que je dois emporter avec moi en voyage
  • les voyages que j’ai fait et que je rêve de faire
  • les achats (petits ou plus importants) que je souhaite faire
  • les cadeaux à faire à mes proches
  • mes livres préférés et à lire
  • mes restos préférés et à tester
  • mes DIY à tester
  • mes recettes naturelles pour la maison
  • des citations inspirantes
  • les anniversaires de mes proches
  • une liste de courses
  • mes sites internet préférés

C’est vraiment cool d’avoir tout ça réuni à un seul et même endroit. Ça évite d’aller chercher les infos à droite à gauche et d’avoir à se souvenir de tout. Ça fait gagner beaucoup de temps, et c’est agréable de pouvoir le décorer soi-même. Moi qui étais dubitative au départ, je recommande à tout ceux qui cherchent un outil d’organisation personnalisable d’essayer. Pas besoin de dépenser une fortune, vous pouvez utiliser un cahier que vous avez déjà chez vous pour commencer.

Comment réussir à mieux apprécier ce que nous vivons…

Avez-vous déjà entendu parler de la gratitude ?

La gratitude, c’est un sentiment de reconnaissance envers la vie et envers les autres. C’est savoir dire merci pour ce que nous vivons. Le bouquin « Exprimer sa gratitude pour vivre heureux » m’a aidé à comprendre ce que c’était et comment l’exprimer.

J’ai découvert que pratiquer la gratitude régulièrement avait un impact positif sur notre santé et notre sommeil (entre autre). En effet, s’attarder à voir les choses positives de la vie réduit notre stress et nous permet d’être davantage optimiste. Des études menées par le professeur en psychologie Robert Emmons de l’université de Californie ont permis de démontrer cela.

Personnellement, je trouve qu’il est plus facile d’exprimer ce qui nous rend malheureux ou insatisfait que de dire ce qui nous rend heureux. Nous sommes constamment amenés et poussés à nous comparer aux autres. Les publicités défilent devant nous sans arrêt et nous donnent envie d’avoir ce que nous n’avons pas… Avec les réseaux sociaux, nous avons accès en un clic aux informations personnelles des autres, de notre entourage ou de personnages publics, ce qui fait que nous nous comparons plus facilement aux autres. Très vite, on se dit « Il/Elle a de la chance de vivre ça, d’être comme ci ou comme ça… ».

Etre reconnaissant c’est se dire « Je vis ça de beau, moi aussi, et j’ai de la chance aussi »

Je pense que si nous ne nous efforçons pas de regarder ce qui nous rend vraiment heureux dans la vie, nous passons à côté de l’essentiel. Même si c’est extrêmement dur de le faire, je pense qu’il faut le faire. Plus on prend l’habitude d’être reconnaissant envers ce que nous vivons, plus ça devient naturel et moins on envie les autres. On peut trouver la vie des autres géniale, être content pour eux et être reconnaissant pour notre vie aussi.

Une fois que nous prenons conscience que notre bonheur peut se trouver sous nos yeux, nous sommes plus attentifs à ce que nous vivons comme nos relations avec notre entourage par exemple. Etre reconnaissant pour l’amour ou l’amitié d’un proche, être reconnaissant d’avoir pu passer du temps avec cette personne que l’on n’a pas revu depuis longtemps…

Pratiquer régulièrement la gratitude ne signifie pas non plus que nous devons tout le temps être reconnaissant… De toute façon, c’est impossible. Et ça ne doit pas être un but. Il faut continuer à avoir un regard critique sur ce que nous vivons aussi. La gratitude, l’optimisme et le développement personnel d’une manière générale… ça n’est pas magique. Le but n’est pas d’être en mode « Waouh » face à tout ce qu’il nous arrive. On pourrait croire que le développement personnel et la psychologie positive c’est voir la vie en rose. Malheureusement non lol. Je dirai plutôt que c’est une manière d’être davantage attentif au positif plutôt que de s’attarder tout le temps sur les choses négatives. Ça aide à vivre une vie plus gaie et à changer de regard… Et quand un orage passe, il faut le laisser passer… Ça ne nous empêchera jamais d’être triste, ou de traverser des choses difficiles…

Des outils pour nous aider 

IMG_20180201_153534_860[1640]

Il existe plusieurs manières de ressentir et d’exprimer sa gratitude. Certains sont peut-être déjà à l’aise et n’ont pas besoin d’outils pour le faire. Le fait d’y penser régulièrement, c’est déjà énorme ! Moi j’ai eu un peu de mal à me lancer. Ce n’est pas très naturel donc j’ai cherché des outils. J’ai entendu parler des carnets de gratitude. On en trouve pleins sur internet. Il y en a pour tous les goûts. Il y a généralement des petites questions dedans, des citations…, pour nous aider.

On peut aussi acheter un simple cahier et le remplir comme on veut. Moi, j’ai opté pour une boite à gratitude que j’ai décorée moi-même. Ça me permet d’avoir un objet à la fois déco et que je peux réutiliser chaque année. Quand je passe devant la boite et que j’en ressens l’envie, j’écris un mot avec la date du jour et je le glisse dedans. Le 31/12, j’ouvrirai tous les petits papiers pour me souvenir de tout ce que j’ai vécu de beau cette année. Ça n’est pas toujours simple à faire, parfois c’est difficile de trouver qqch à écrire mais en pratiquant régulièrement, ça devient plus « facile ». Personnellement, ça m’aide vraiment à être plus attentive aux bons moments et aux belles choses que je vis.

DIY – Réaliser un tableau d’organisation – Facile

P1020817 (2)

Pour réaliser ce tableau d’organisation, il faut :

  • un tableau magnétique à décorer
  • de la peinture de la couleur de votre choix (acrylique pour ma part)
  • un gros pinceau
  • un marqueur de la couleur de votre choix pour décorer le tableau une fois peint
  • des petits aimants
  • des feuilles ou des post-it

C’est simple et ça prend moins de deux heures à réaliser.

 

1) Penser à bâcher votre espace de travail et à protéger vos vêtements car la peinture acrylique ne part plus une fois sèche.

2) Commencer par peindre le tableau de la couleur de votre choix.

J’ai mis deux couches personnellement. Et j’ai choisi du noir pour un rendu minimaliste. Vous pouvez très bien utiliser plusieurs couleurs, utiliser des pochoirs, peindre le tableau en noir et faire une bande d’une autre couleur, etc… Bref tout est possible. 

P1020794 (2)

3) Laisser sécher entre les couches.

4) Utiliser le marqueur pour décorer le tableau une fois sec. Attention à ce que le marqueur ne bave pas.

J’ai utilisé un marqueur posca blanc à pointe conique 1,8-2,5 mm. J’ai choisi de faire une petite bannière « je m’organise » pour signifier que c’est un tableau d’organisation. Vous pouvez aussi créer des délimitations avec votre marqueur et donner un nom à chaque section (tâches à faire, objectifs, notes…). 

 

5) Laisser sécher.

Le tableau est terminé et prêt à accueillir vos post-it, calendriers, liste de tâches, listes de courses etc… Pour une organisation au top, imprimez des listes et des planning vierges que vous pourrez remplir au fur et à mesure. Ça donnera un effet encore plus organisé 8)

P1020817 (2)P1020819 (2)P1020820 (2)P1020821 (2)

 

Pourquoi je m’intéresse au développement personnel ?

hdr

Les premiers pas vers le développement personnel

Au départ, lorsqu’on commence à s’intéresser au développement personnel, on se dit « Waouw, ça a l’air génial, il faut que je lise ça, et ça aussi, il faut que je regarde cette vidéo et cella là aussi… ». Beaucoup de thèmes donnent envie. Beaucoup de titres nous parlent : « comment trouver le bonheur » , « comment avoir confiance en soi »… Ils répondent à des questions que nous pouvons tous nous poser, à des problèmes que nous rencontrons, à des souhaits plus ou moins importants et à des rêves que nous avons. Nous voulons tous être heureux, je crois. Et c’est pour ça que nous nous intéressons à ces livres. On se dit qu’en appliquant à la lettre les conseils, ça changera notre vie pour toujours. Ça n’est pas forcément le cas, soyons honnête. Pour moi, le développement personnel n’est pas magique.

Ce que le développement personnel peut apporter 

Un livre, une conférence, une vidéo… ne peuvent pas tout révolutionner dans une vie mais il peuvent apporter des choses selon moi. J’y vois d’ailleurs plusieurs intérêts :

  • comprendre le comportement des êtres humains, comprendre nos manières de pensée
  • avoir un certain recul sur nous-même, être capable d’analyser nos propres comportements et manières de pensées
  • prendre conscience qu’il est possible de changer notre état d’esprit,
  • et trouver des moyens de nous améliorer et de nous sentir mieux.

Certains diront que c’est une démarché égocentrique, qui pousse à l’individualisme. Je ne pense pas. En tant qu’être humain, nous avons besoin de relations et pour moi il est primordial pour se sentir bien avec les autres de se sentir bien soi-même, avec soi-même. L’équilibre dans une relation, nous le trouvons en nous sentant bien personnellement, en étant capable d’être heureux seul, sans attendre que les autres nous rendent heureux. Lorsque nous sommes heureux seuls, nous pouvons être heureux avec les autres et avoir des relations équilibrées.

Le développement personnel aide aussi à améliorer son comportement vis à vis des autres, à être plus à l’écoute, à être moins critique, à accepter les autres tels qu’ils sont… Alors je ne pense pas que ce soit une démarche égoïste.

Une prise de recul nécessaire

Il est important de se dire que nous ne serons jamais parfaits. Cela dit, je pense que nous pouvons toujours nous améliorer. Nous avons les moyens de le faire et si nous le voulons, des techniques de développement personnel peuvent nous y aider.

Avec un peu de recul, nous arrivons à faire du tri dans ce qui est bon et moins bon en matière de conseils en développement personnel ; dans ce qui nous correspond ou pas… Je pense qu’il ne faut pas chercher à acheter tous les livres qui sortent ou à assister à toutes les conférences du moment, mais à bien les sélectionner. Et ne pas hésiter à ressortir des livres que nous avions déjà lu pour les relire. Cela nous permet de nous rappeler de certains conseils oubliés. Ça redonne du sens et du poids aux écrits. Et ça nous permet de nous requestionner aussi…

Je trouve dommage que ces techniques de développement personnel ne soient pas plus mises en avant dans notre société. Ou alors quand elles le sont, c’est pour être critiquées. Je reconnais qu’il peut y avoir des pratiques un peu limite…mais il faut essayer de ne pas faire de généralités. Je crois vraiment que dans ce domaine il faut avoir un esprit ouvert et critique en même temps. Il faut faire attention à ne pas se laisser « embobiner », savoir prendre un recul suffisant sur les conseils qu’on nous donne et sur ce qu’on peut nous proposer. Et en même temps, il ne faut pas être complètement fermé à ce qui existe.  Il faut rester ouvert, prendre le temps de discuter avec ceux qui lisent, ceux qui se renseignent, ceux qui mettent en pratique des choses et qui constatent des changements dans leur vie, ceux qui travaillent dans le domaine. Bref, se faire sa propre opinion sur le sujet.

Aux Etats-Unis et au Canada, le développement personnel a une meilleure image qu’en France. Ici, il s’est beaucoup développé ces dernières années mais pas autant que chez nos voisins américains. Alors gardons espoir pour que les choses évoluent en France… 🙂